Parc Stagni Chêne-Bougeries

Eaux et bois participent des mythologies de la renaissance et de la vie. Dans les contes, c’est au tréfonds des bois, en un lieu inaccessible et constamment purifié par les eaux, obstacle ultime, que l’aventureux atteint l’objet de sa quête : là, un corps, porteur de régénérescence, a reposé. Peut-être s’y trouve-t-il encore, gisant invisible. Ou bien s’en est-il allé, abandonnant une couche nuptiale marquée de son absence. Mon travail se fonde sur les thèmes proposés, l’eau, en tant que force de vie et le bois, associé par son obscurité, son enracinement et son enchevêtrement à l’inconscient pour en tirer une quintessence métaphorique qui définisse le lieu archétypal de leur rencontre, le territoire dans lequel le moi s’anéantit et l’existence se révèle : le lit. Lit de mort, lit de désir, lit de sommeil en attente d’un éveil.

p_26-7834a

p_27-2-bb73e

Le lit-eau-bois dormant
Fer, résine, plomb, eau

195x91x17cm dans un diamètre de 800cm